J'ai écrit ce texte peu après le coup d'Etat du Hamas à Gaza. Depuis juin 2007 rien n'a changé. Cette situation va durer. Il est temps de la prendre en compte comme la réalité géopolitique qu'elle est devenue. La stabilité remarquable de la configuration palestinienne - deux quasi-Etats de part et d'autre d'Israël - confirme l'analyse que j'avais fait alors, c'est pourquoi je la publie ici:

Le Bon, la Brute et le Naïf

Il ne faut pas sous-estimer son ennemi. Et il n’est pas nécessaire de faire appel à la théorie du complot pour voir que le partage des Territoires entre le Hamas et le Fatah sert merveilleusement bien leurs intérêts.

Le gouvernement d’union nationale palestinien créé au mois de mars sous égide saoudienne n’était qu’un hybride stérile. Il était paralysé par ses contradictions internes et unanimement rejeté de la scène internationale. Mais depuis la distribution des rôles entre Le Bon Mahmoud Abbas (Abou Mazen) et La Brute Ismaïl Hanyeh tout a changé, l’ancienne Autorité Palestinienne, désormais partagée entre son président et son parlement, peut manger à tous les râteliers, "danser à tous les mariages" comme nous disons en hébreu : au Fatah l’aide israélo-américaine ; au Hamas le soutien irano-jihadiste. Et le flot de toute cette aide en argent, armes, combattants, formation, coule maintenant en un double torrent large et impétueux.

hamas_wideweb__470x349_0

Prise du pouvoir … Combattants du Hamas à Gaza dans les quartiers généraux du Président Mahmoud Abbas occupés la veille.
Photo: Reuters

Certains estiment qu’un remaniement aussi réussi n’a pu être le fruit du hasard. Ils affirment que Abbas et Hanyeh avaient déjà planifié ce « plan de partage » avant que le Hamas lâche ses hommes sur Gaza. Difficile à croire, au vu de la cruauté des massacres perpétrés. Il est clair pourtant que tout s’est passé comme si cette thèse était fondée : le Fatah à Gaza, tout comme le Hamas en Judée-Samarie n’ont visiblement pas fait beaucoup d’efforts pour garder leur contrôle du terrain. On jurerait de l’existence d’un accord tacite entre les chefs des deux camps.

Quoiqu’il en soit, l’extraordinaire avantage objectif procuré par la nouvelle situation suffit amplement à expliquer le déroulement des combats. Et puis la rivière des évènements a trouvé devant elle le lit tout prêt creusé auparavant par le mentor de Abbas et son vieux compagnon de route, Yasser Arafat : à la fois jouir le plus possible des fruits des négociations en faisant miroiter la paix future d’une main, et obtenir un maximum de concessions en brandissant l’épouvantail terroriste de l’autre main.

Mais cette fois-ci la méthode est bien plus crédible : grâce au partage territorial  les mains semblent appartenir à deux corps différents. Jadis, le double jeu d’Arafat était assez transparent pour qui y regardait Gbuglyde suffisamment près, et son double langage, souvent bilingue, l’avait trahi plus d‘une fois.  Aujourd’hui, nous nous trouvons face à deux excellents acteurs qui jouent de la façon la plus naturelle leur propre personnage ! Qui pourrait les mettre en doute ?

De fait le dispositif fonctionne parfaitement : « le Naïf » Israël se porte au secours du « Bon » président Abbas, qui jamais ne salirait ses mains délicates à soutenir le terrorisme. C’est Ahmedinejad, le président iranien, qui fait le « sale boulot » en soutenant « La Brute » Hanyeh, le premier ministre révoqué. A quoi rêver de mieux ?

La synergie qui se développe entre les rôles du bon et du mauvais flic, comme dans la fameuse méthode policière, fait des merveilles : plus Israël et l’occident renforcent naïvement le Fatah, plus l’Iran et le Jihad international se sentent contraints de sauver leur protégé Hamas en accroissant leur aide, et vice-versa. Beau cercle vicieux ! C’est un des ressorts de l’efficacité de la méthode : le renforcement d’un des camps suscite automatiquement celui de l’autre.

Ils ne vont certainement pas se livrer une guerre totale, et de toute façon leur isolement géographique ne le permettrait pas ; ils vont se contenter d’un minimum d’accrochages destinés à entretenir leur crédibilité et ainsi assurer l’afflux des aides extérieures. Ils laisseront faire quelques débordements spontanés, quelques exactions, pour faire plus vrai. Ils ne vont pas retenir leurs mots, bien au contraire, nous voyons déjà les prémices d’une inflation rhétorique : et que je te traite de terroriste sanguinaire, et de te répliquer que tu es un collabo des américains et des sionistes ! Plus l’injure est cruelle, plus elle semble réelle.  Les mots ne coûtent rien, bien au contraire, ceux-là rapportent beaucoup !

Ce qui est sûr c’est qu’en fin de compte la somme totale des forces des deux cotés ne va cesser de croître à map_Israel_distancesun rythme sans précédent, et ce sans éveiller le moindre soupçon ! Il ne restera plus, le moment venu, qu’à retourner cette puissance de feu nouvelle contre sa destination véritable laquelle n’a jamais été perdue de vue : Israël, à effacer de la carte de la Palestine.

Cela ne veut pas dire que Mahmoud Abbas et de nombreux Palestiniens ne reconnaissent pas sincèrement l'existence d'Israël de facto. Ils veulent vraiment créer un État palestinien aux côtés d'Israël. MAIS ils ne reconnaissent pas Israël de jure, comme État légitime du peuple juif. Le conflit est donc inévitable à terme.

Il est probable que le Hamas et le Fatah ne reformeront pas un gouvernement d’union tant qu’ils ne se sentiront pas assez forts pour attaquer conjointement. Mais lorsque Israël aura libéré suffisamment de prisonniers venus renforcer les deux côtés, lorsque nous aurons démantelé la plupart dessizeisraelfrance barrages de Cisjordanie, lorsqu’à l’Est les bases du Fatahland seront solidement implantées aux portes de Jérusalem, lorsque les fortifications souterraines du Hamastan à l’Ouest seront plus sophistiquées que celles du Hezbollah libanais, lorsque les missiles ne se compteront plus, lorsque s’ouvrira peut-être un nouveau front libanais ou syrien, alors le temps sera venu de refermer les deux mâchoires de la pince sur sa naïve proie.

Les Palestiniens peuvent être confiants et compter sur cette même erreur qu’Israël répète inlassablement : sous-estimer les Arabes.