A la veille du 61e anniversaire de l'indépendance d'Israël Mahmoud Abbas, Président de l'Autorité Palestinienne, nous envoie ses voeux:

MahmoudAbbas"Etat juif, c'est quoi ça? Vous pouvez vous faire appeler comme ça vous plaît, mais moi je ne l'accepte pas et je le dis publiquement".

Le président palestinien Mahmoud Abbas (AFP)

"Vous pouvez-vous faire appeler la République sioniste hébraïque nationale socialiste si ça vous plaît, ça ne me regarde pas. Moi je sais qu'il existe un Etat d'Israël sur les frontières de 1967 et pas un centimètre de plus ou de moins".

Telle a été, selon l'AFP, la réponse de Mahmoud Abbas, alias Abou Mazen, à la demande que lui a fait le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, de reconnaître Israël en tant qu'Etat juif.

Ce n'est pas la première fois que le plus modéré des dirigeants palestiniens associe sionisme et national-socialisme: "Les relations secrètes entre le mouvement sioniste et les dirigeants de l’Allemagne nazie" est le titre de la thèse de doctorat d'Histoire qu'il a soutenu à Moscou en 1980 et qu'il a publié ensuite sous forme de livre. Il n'y lie pas seulement sionisme et nazisme, mais y nie aussi la réalité de la Shoa.

Ce qu'on pouvait attribuer à "un péché de jeunesse" s'avère dans la continuité de toute une vie...

Netanyahou avait simplement déclaré à l'envoyé spécial du président Barack Obama, George Mitchell :"Israël attend que les Palestiniens reconnaissent d'abord Israël comme un Etat juif avant de discuter de deux Etats pour deux peuples".

C'est assez logique: le refus constant des Palestiniens de la définition d'Israël comme "Etat juif" vient de ce qu'ils veulent qu'Israël soit ouvert au "retour des réfugiés" palestiniens, tout en exigeant que leurs territoires soient vidés de leurs Juifs. Voir dans cette définition - quelque soit son caractère problématique - du racisme, voire du nazisme, est une dénégation de l'existence même d'un peuple juif et de son droit à vivre libre dans son propre Etat.

Je nous souhaite bonne fête d'Indépendance!